les parcs photovoltaïques AUTOUR DE CHEZ NOUS
gallery/phtovoltaique grignan

Projet de parc photovoltaïque sur la commune de Grignan

Lire le compte rendu de la réunion d'information de ce vendredi 11,

en présence de l'entreprise NEOEN, porteuse du projet.

Référendum pour les grignanais dimanche 20 septembre
VOTONS MASSIVEMENT NON !
gallery/art phot épines 1
gallery/Capture d’écran 2020-09-14 à 22.47.09
gallery/flyer-apeg_28-08_bd

 

La position de l’APEG concernant cette énergie a été précisée lors des participations aux enquêtes publiques qui ont accompagné les projets de Réauville et de Salle Sous Bois.

L’APEG et ses adhérents ont souligné que le développement des parcs photovoltaïques devrait être réservé à la valorisation de sites « artificialisés » ou pollués, et s’inscrire dans une politique à l’échelle d’un territoire qui éviterait un mitage des forêts et l’appropriation de biens communs par quelques communes.

Elle a posé notamment les questions suivantes :

- pourquoi détruire des hectares de forêt ?

- les mesures compensatoires sont-elles adaptées ?

- rôle primordial de la forêt

- pourquoi ne pas respecter les recommandation de la Direction Départementale de la Drôme en matière d’implantation de sites photovoltaïques (en bordure et non au cœur d’un massif et moins de 3% du massif)

- impact du projet au plan géologique et hydrologique

- capacité financière des entrepreneurs de remettre en état les sites

1- Participation aux enquêtes publiques des projets de parcs photovoltaiques de notre région (pour plus de précisions sur le contenu des courriers adressés aux commissaires enquêteurs pour les parcs photovoltaique de Grignan, Réauville, de Salle Sous Bois et de Montjoyer, vous pouvez nous contacter)

2- Organisation de débats citoyens

3- Participation de l'APEG au capital de :

- la SAS des Centrales Villageaoises de la Lance

- la SAS Sud VivaRhône Energies

gallery/Capture d’écran 2020-09-10 à 17.46.42

Engie et la distribution de bénéfices

Championne de la distribution des dividendes : Engie, devant Total et Arcelor. Depuis dix ans, l’ex "Gaz de France" a distribué six fois plus de dividendes qu’elle n’a fait de bénéfices. Un choix au détriment de la transition écologique, estime le porte-parole d’Oxfam.


Des constats intéressants à un moment où la société Engie se montre de plus en plus pressante pour multiplier les implantations de parcs photovoltaïques dans notre région. L’Apeg a systématiquement attiré l’attention des citoyens sur le fait que nous ne devions pas laisser aux seuls actionnaires de l’opérateur le bénéfice des implantations sur le territoire de communes.
Plafonner à 80% la part des profits versés en dividendes permettrait en outre, selon le cabinet Proxinvest, non seulement de réduire les écarts de salaire mais aussi de financer un tiers des investissements verts des entreprises.
Oxfam constate les effets négatifs de cette mainmise des actionnaires sur les entreprises, notamment sur l’environnement : "La pression des actionnaires, notamment des actionnaires majoritaires, force les entreprises cotées à privilégier les attentes de la Bourse sur le court terme au détriment des enjeux de plus long terme liés au développement durable".


Note : OXFAM a été créée Il y a 30 ans par un groupe de citoyennes et de citoyens qui voulaient rassembler les personnes souhaitant promouvoir des relations « Nord-Sud » plus éthiques, plus justes, pour agir durablement contre les inégalités mondiales et la pauvreté. Oxfam France a rejoint en 2006 la confédération internationale Oxfam. 

Lire l'article complet

gallery/art phot épines 2